Réalisme climatique - conférencier.e.s - biographies et résumés

Submitted by Media@McGill on
Français

 

 

 

Pierre Bélanger

Harvard University

EXTRACTION

“What we from our point of view call colonization, missions to the heathen, spread of civilization, etc., has another face—the face of a bird of prey seeking with cruel intentness for distant quarry—a face worthy of a race of pirates and highwaymen. All the other eagles and other predatory creatures that adorn our coats of arms seem to me apt psychological representatives of our true nature.”
–Carl G. Jung, Memories, Dreams, Reflections (1961)

The current discourse on climate change has failed to acknowledge the territorial sovereignties and political geographies that confront the bounded systems and perceived permanence of the nation state. The real crisis, if there is one, seems to be located in the minds, models, and media of citycentric populations that are more and more removed from means of material production and territories of resource exploitation. Put otherwise, the map is no longer the territory.

This spatial, ontological divide—between metropolis and hinterland—is exacerbated by an explosion of industrial operations and incorporations seamlessly crossing political boundaries and geographic borders. So large, so vast, and so fast is the pace and scale of these operations, they are seemingly impossible to imagine, let alone to represent. Although the flow and concentration of industrial extractive capital may vary with ‘urban demand,’ ‘technological capacity,’ or ‘discovery of resources’—whether onshore or offshore, structures of political power and systems of social control have remained relatively unchanged and unchecked for the past four to five centuries. In the words of systems thinker Georg Hegel (Philosophy of Right, 1820): “the development of the State into a constitutional monarchy is the supreme product and power of the world today, in which its ideal and unlimited condition has been reached.” Clearly, the contemporary, colonial condition survives.

If then “the problem of territory, and of territoriality, is one of the most neglected in geography and political economy” according to the alter-urbanist Claude Raffestin (Pour une Géographie du Pouvoir, 1980), how should we re-imagine the current axis between the metropolis and the hinterland that underlies the contemporary focus on the city and on the state? How do we rethink, resist, and subvert the imposed, imperial binaries between the urban and the rural, the north and the south, the center and the periphery, that are entrenched in misleading oppositions of town and country, property and sovereignty, occupation and inhabitation, settlement and seasonality, civilization and wilderness? Drawing from the claim by contrarian economist John Kenneth Galbraith (The New Industrial State, 1967) that “capital and power became

Drawing from the claim by contrarian economist John Kenneth Galbraith (The New Industrial State, 1967) that “capital and power became more important land in the past century,” the renewal of the geopolitical discourse on territory is fundamentally contingent on the reclamation of land, landscape, and life.

Proposing a contra-colonial lens, this presentation profiles current Canadian states and scales of extraction through 3 inter-related processes that lie between the colonial conceptions of the metropolis and the hinterland: territorial displacement, regulatory discrimination, and indigenous dispossession. Drawing from subliminal symbols and persistent projections of state power, specific references will be made to professional practices and institutionalized disciplines of architecture, engineering, and planning whose origins reveal underlying imperial motives and whose pedagogical curriculum continue to normalize colonial systems of spatial inequity through countless standards, surveys, specifications, and signifiers. Inscribed in this bureaucratic structure and infrastructural grid of banks, prisons, parks, cities, suburbs, highways, dams, mines, pipelines, and reservations (to name a few), these systems represent the engineered slate upon which the State—and of the Crown—exercise their influence and perpetuate their supremacy.

Critically questioning the current and fervent climate of celebration of Canada’s 150 years of Confederation in 2017, the presentation seeks to contribute a basis for undermining the industrial underpinnings and imperialist hegemonies that lie on, and below the surface of contemporary settlerstate space whose foundations rely and rest on the perpetuation of undisclosed spatial inequities, environmental injustices, and cultural inhumanities.

Bio
As a Canadian-American Landscape Architect and Urban Planner, Pierre Bélanger is Associate Professor of Landscape Architecture at Harvard University’s Graduate School of Design and Co-Director of the Master in Design Studies (MDes) Program Area in Urbanism, Landscape, and Ecology with urban geographer Neil Brenner and design engineer Bobby Pietrusko. Cross-appointed with the Advanced Studies Program in Design and the Canada Program at the Harvard Weatherhead Center for International Affairs, Bélanger teaches and writes on subjects at the intersection of territory, history, infrastructure, media, conflict, and power. Involved in trans-media activist practice, his most recent work includes the curation of the controversial Canadian Pavilion on #EXTRACTION at the 2016 Venice Architecture Biennale (@1partperbillion) in collaboration with goldsmiths Kevin Hume & Geneviève Ennis (Atelier Hume, Vancouver), design fabricator Stephen Beites (Beites & Co., Toronto), ecologist & planner Nina-Marie Lister (Ryerson University, Toronto), and the architectural collective RVTR (Toronto-Detroit). As the first landscape architect to receive the Canada Prix de Rome in Architecture, Bélanger is also author of the 35th edition of Princeton Architectural Press’ Pamphlet Architecture Series in 2015, titled “GOING LIVE: From Models to Systems,” which profiles the influence of time on a range of territories through living systems and lived experiences, and also features conversations with Keller Easterling, Sanford Kwinter, and James Corner. Bélanger’s recent publications include two core books designed by OPSYS Media that employ the lens of land and landscape to understand the power of nation states, institutional systems and engineering sciences, LANDSCAPE AS INFRASTRUCTURE: A Base Primer (Taylor & Francis, 2016) with a foreword by technological historian Rosalind Williams, and ECOLOGIES OF POWER: Countermapping the Military Geographies & Logistical Landscapes of the U.S. Department of Defense co-authored with Alexander Arroyo (MIT Press, 2016). Recent collaborations include guest editing the 39th Issue of Harvard Design Magazine with Jennifer Sigler titled “Wet Matter”, an issue exploring the future of the ocean and precursor to research on world waters, The Oceanic Turn. He is also editor of the forthcoming book EXTRACTION EMPIRE (MIT Press, 2017) featuring a range of interviews, archives, and essays from Canada’s most influential scholars, artists, and industrialists, profiling the scales, spaces, and systems of the largest resource extraction nation on the planet.

 

 

Amanda Boetzkes

Université de Guelph

Postures écologiques pour un réalisme climatique

Les façons dont nous imaginons et nous répondons aux crises écologiques sont liées de manière centrale à des actes de représentation qui conditionnent la perception. Du coup, l’affûtage de la vision joue un rôle essentiel dans la formation des connaissances écologiques. À ce jour, cette activité esthétique se produit au moment précis où tant les sociétés et les gouvernements que la population générale contestent les connaissances scientifiques sur le changement climatique. En outre, les conditions matérielles de la perception sont remises en cause par des perspectives radicalement étrangères sur lesquelles nous devons maintenant spéculer : les échelles micro et macro des changements anthropogéniques, des transformations géochimiques et atmosphériques aux métamorphoses épigénétiques. Ainsi, une constellation de nouvelles exigences ontologiques et épistémologiques met à l’épreuve l’ancien champ des sciences de la vie fondées sur la « connaissance objective ». Le climato-scepticisme se produit en conjonction avec un réalisme climatique hétérogène.

Par bien des aspects, les débats basés sur des revendications de connaissance produisent une condition délirante : même si on réclame collectivement de faire attention à la crise écologique sous ses formes variées, des formes profondément enracinées de résistance politique délogent les fondements de cette attention pour maintenir les infrastructures existantes qui sous-tendent l’économie du savoir prédominante. Ceci est particulièrement vrai alors que le lieu de la crise écologique devient « climatique » ; une crise de l’air, de l’atmosphère, et dans des phénomènes apparemment dématérialisés. La tension entre une connaissance populaire croissante des changements climatiques et l’inhibition de l’action politique produit une sorte de spasme culturel, dans les termes de Félix Guattari : une mobilisation douloureuse et compulsive des énergies nerveuses, symptomatique à la fois d’un discours intensifié et excitable, et d’une exploitation de ces énergies pour la préservation du corps social. La question devient alors : comment sortir de cette boucle éternelle où on « lit les signes » du changement climatique pour ensuite se faire dire qu’on n’y connaît rien ?

Je discuterai du fait que l’art contemporain propose une alternative à partir de laquelle on peut faire l’expérience et argumenter de la réalité des changements climatiques et de leurs impacts. Je dessinerai une trajectoire qui part d’une forme originelle de déni écologique – le « maquillage » politique courant durant les dernières décennies du 20e siècle, lorsque les gouvernements testaient des produits chimiques dans des villes pauvres d’Amérique du Nord, pour nier ensuite les effets physiques de leur lente violence. Ce déni flagrant est devenu une facette intégrante des formes de déni plus récentes et mieux réparties culturellement qui accompagnent les catastrophes liées aux changements climatiques. Fait important, je ferai cette présentation à travers la lentille des artistes conceptuels. Ainsi, mon ambition n’est pas simplement de proposer une histoire de l’environnement, mais aussi de montrer comment les artistes présentent la crise écologique à travers des sensibilités alternatives qui tentent d’alléger les répétitions spasmiques qui forment la bataille de la vérité sur le climat, et les résolvent dans une re-syntonisation des corps, des connaissances et des échanges. Je considérerai comment l’art accomplit ceci par des propositions d’ambiances et de modes qui ouvrent des possibilités pour naviguer les eaux du nouveau terrain du réalisme climatique. J’examinerai quatre œuvres : Kepone (1993), une vidéo de Tony Oursler, Operation Paydirt (2006 à aujourd’hui) de Mel Chin; Wearable Homes (2004 à aujourd’hui) de Mary Mattingly, ainsi qu’Aya Khai (2015) de Ganzug Sedbazar.

Biographie :
Amanda Boetzkes
est professeure agrégée d’histoire et de théorie de l’art contemporain à l’Université de Guelph. Ses recherches et ses publications portent sur l’intersection des pratiques visuelles et créatives avec les sciences biologiques (en particulier l’écologie et la neurologie). Son premier livre, The Ethics of Earth Art (University of Minnesota Press, 2010), examine le développement de l’Earth Art en se concentrant sur la façon dont l’écologie est passée d’un discours scientifique à un domaine d’intérêt éthique et esthétique. Elle est co-rédactrice, avec Aron Vinegar, de Heidegger and the Work of Art (Ashgate Press, 2014). Elle termine un livre intitulé Contemporary Art and the Drive to Waste, qui examine l’interaction entre l’esthétique de l’art contemporain, les systèmes mondiaux d’utilisation de l’énergie, et le cycle de vie des ordures. Boetzkes a publié dans les revues Postmodern Culture; Art History; Reconstruction: Studies in Contemporary Culture; RACAR; Antennae: The Journal of Nature and Visual Culture et Eflux. Son prochain projet de livre, Ecologicity: Vision and Art for A World to Come, analyse les dimensions esthétiques et perceptives de l’imaginaire de l’état écologique. Elle est actuellement Carson Fellow au Centre Rachel Carson pour l’Environnement et la Société à Munich, en Allemagne.

 

 

Ingrid Diran & Antoine Traisnel

Ingrid Diran (Pacific Northwest College of Art)
Antoine Traisnel (Université du Michigan)

Changement climatique, histoire naturelle, et l’extinction de la pensée dialectique

Dans The Climate of History, Dipesh Chakrabarty affirme que « les analyses marxistes du capital, les subaltern studies et la critique postcoloniale » échouent à rendre compte des conséquences réelles du changement climatique car celui-ci érode la distinction entre temps humain et temps géologique. Dans cet essai, nous soutenons que la crise de la critique marxiste à laquelle Chakrabarty fait allusion est symptomatique d’une menace plus grande que l’Anthropocène fait peser sur nos modes de pensée traditionnels : l’extinction de la critique dialectique.

La notion d’« histoire naturelle » développée par Walter Benjamin et Theodor Adorno constitue une des tentatives les plus rigoureuses de penser la nature et l’histoire de façon dialectique. Pour ces deux philosophes, la nature et l’histoire forment un chiasme de temporalités antithétiques. La juxtaposition de la nature (dans sa continuité) et de l’histoire (dans sa fugacité) dote chaque figure dans laquelle elles coïncident d’une puissance critique considérable. Ainsi, par exemple, Benjamin a-t-il pu écrire, dans un geste à la fois allégorique et critique, que les clients des passages parisiens étaient les « derniers dinosaures d’Europe ». Non seulement ces consommateurs sont-ils pré-historiques, mais leur apparence antédiluvienne mine toute impression de continuité ou de « naturalité » dans le développement du consumérisme. C’est justement sur la lisibilité de cette juxtaposition que l’essai de Chakrabarty se penche. Car dans la mesure où l’Anthropocène implique une convergence des temps humain et géologique, il n’est soudainement plus certain que la charge dialectique que suppose la notion d’histoire naturelle conserve son efficacité. Si le changement climatique efface la distinction entre nature et histoire, fait-il du même coup de la dialectique le dernier fossile d’une époque révolue de la pensée ?

Loin de clore l’affaire, notre présentation se propose d’identifier certaines particularités du discours anthropocénique qui semblent sonner le glas de la dialectique. Nous analyserons tout particulièrement les agencements scalaires et cinétiques qui informent ce discours et l’imaginaire qui l’accompagne. Attentifs à la manière dont la portée planétaire de l’Anthropocène consolide la place de l’anthropos au centre des changements climatiques tout en rendant toute action humaine quasi impuissante face à ces changements, nous montrons comment l’annonce de l’accélération du temps géologique tend à éclipser ce qui dans l’Anthropocène demeure inchangé : la nature de la production capitaliste.

Biographies :

Ingrid Diran est instructrice en arts libéraux au Pacific Northwest College of Art à Portland, dans l’Oregon. Elle a écrit sur divers sujets dans le domaine de la biopolitique, de la théorie critique et de la littérature afro-américaine. Son projet de livre, Mutinous Muteness: Radicalizing Illegibility in Twentieth-Century African American Literature, explore comment le modernisme noir développe une poétique de l’illégitimité qui utilise la présomption de blancheur évidente et invisible contre elle-même. Elle travaille actuellement sur deux nouveaux projets, l’un élaborant une poétique de l’impensabilité à l’ère du numérique, de la biosécurité et de l’Anthropocène, et un autre qui lit en parallèle les travaux de Foucault et Du Bois pour repenser l’histoire de la biopolitique aux États-Unis.

Antoine Traisnel est professeur adjoint de littérature anglaise et comparée à l’Université du Michigan à Ann Arbor. Il a publié sur divers sujets dans les domaines de la littérature américaine, française et allemande, et la philosophie, la théorie critique, les études culturelles, et les post-humanités. Il est l’auteur de deux monographies : Hawthorne: Blasted Allegories (Aux Forges de Vulcain, 2015) et Donner le change : L’impensé animal (Hermann, 2016), écrit en collaboration avec Thangam Ravindranathan. Le projet actuel de Traisnel, Life in Capture: Animal Pursuits in Early America, se penche sur des œuvres littéraires, artistiques et scientifiques allant de Melville à Audubon et de Cooper à Muybridge pour retracer comment la capture d’animaux, au sens littéral et figuré, a composé la logique tacite et la grammaire représentationnelle de la modernité biopolitique.



 

Anne-Lise François

Université de Californie à Berkeley

Fleurs d’un jour: Marges, réserves, changement climatique

Selon Anna Tsing, « l’holocène serait la longue période quand les lieux de refuge existaient encore, abondaient même, pour soutenir la reconstruction de mondes (« reworlding ») riches en diversité biologique et culturelle. » Selon Michel Serres la mondialisation veut dire qu’il n’y a plus de réserve–plus d’endroit hors d’atteinte du capitalisme industriel, et donc plus de « nature » telle qu’elle avait longtemps était conçue, comme un site de recréation et de réserve. Dans cette communication, je me tourne vers l’autre sens de réserve–celui de stockage, d’accumulation et de surplus–pour interroger le rôle du capital prêt à être investi et de l’énergie amassée et disponible, comme cause de cette crise planétaire et sans issue. Je me demande si cette fragilité, cette condition d’être sans recours et sans alternatif, n’est pas l’expression ironique du déni ou de la forclusion d’un autre mode de contingence et de variance temporelle, un déni que rend possible le stockage d’énergie dite non-temporelle ou « à plein temps »–soit nucléaire ou à base de combustibles fossiles. Selon Heidegger la « technologie moderne » demande que la nature rende une énergie qui peut être extraite et accumulée comme telle. Cette énergie à la fois accumulée et disponible nécessite–aussi bien qu’elle rend possible–la disponibilité perpétuelle des marchandises, des ouvriers, etc. Ici je m’inspire des conclusions récentes d’Andreas Malm selon lequel l’extraction du charbon et d’autres combustibles terrestres libère en une heure ou une décennie des millions d’années solaires. Pour conclure cette communication, je me tourne vers des poèmes d’Izumi Shikibu, de John Clare et d’Emily Dickinson qui parlent de fleurs, et sont eux-mêmes comme des fleurs, comme des traces temporelles et fugitives du présent solaire. À travers l’exemple du temps lyrique, j’essaie d’illuminer les contradictions définissant la courte et longue durée de ces énergies fossiles dont les déchets sont impérissables.

Biographie :

Anne-Lise François teaches comparative literature and English at the University of California, Berkeley. She is the author of Open Secrets: The Literature of Uncounted Experience (2008); her current book project is entitled “Provident Improvisers: Parables of Subsistence in the Time of Enclosures.” Rejecting the logic of scarcity that encloses time in storage- and surplus-economies, “Provident Improvisers” turns toward literary examples for counter-practices of the temporal, provisional, frugal, fugitive, and itinerant. Early drafts of some of the book chapters have appeared or are forthcoming as essays in Qui Parle, Minnesota Review, River of Fire: Commons, Crisis, and the Imagination, ed. Cal Winslow (Boston: Pumping Station Press) and Anthropocene Reading(ed. Tobias Menely, forthcoming with Penn State University Press).


 

Graeme Macdonald

Université de Warwick

La nouvelle réalité des hydrocarbures, ou le retour des monstres du pétrole

Malgré une reconnaissance sans précédent des effets délétères et des résultats prévisibles de la carbonisation actuelle, nous restons à une époque où on endure le pétrole comme il continue à durer. L’industrie insiste sur la nécessité de maintenir l’approvisionnement mondial et d’ouvrir de nouvelles frontières d’extraction, une insistance médiée de façon stratégique par le vocabulaire et les protocoles du « réalisme » – tant dans le discours que dans la méthode. L’émergence de la pétroculture comme pratique critique transdisciplinaire a offert une contre-perspective à ce « réalisme » parrainé par l’industrie, en partie en démontrant ses associations quelque peu paradoxales avec des formes culturelles et économiques spéculatives et des prévisions « fictives ». Cette présentation nous permettra de démêler les termes de cette lutte constitutive et épistémologique sur l’avenir projeté du pétrole, en utilisant notamment des représentations culturelles et médiatiques récentes des champs matures de la mer du Nord comme moyen de réfléchir aux déterminations futures du pétrole récent et à ses effets anticipés sur le réchauffement. Je soutiendrai que ces formes culturelles sont des exemples des usages et des abus du réalisme comme forme esthétique et méthode documentaire pour traiter la crise climatique. J’espère montrer comment leur réalisme « bizarre » (ou ce que l’on a appelé aussi « irréalisme ») pourrait aider à ouvrir un débat sur la qualité post-générique des formes culturelles spéculatives. En dépit de leur intention éloignée, celles-ci conservent une orientation « réaliste », et le font malgré les réserves émergeantes quant à l’épuisement des approches non réalistes.

Biographie :
Graeme Macdonald a récemment édité une nouvelle édition de The Cheviot, the Stag and the Black, Black Oil (2015) de John McGrath, et prépare actuellement une monographie, Petrofiction: Oil and World Literature. Il est membre du WreC (Warwick Research Collective), qui travaille sur de nouvelles façons de penser la littérature mondiale / littérature dans le monde. Ils ont coécrit et publié une monographie, Peripheral Modernism and World Literature: Combined and Uneven Development: Toward a New Theory of World Literature (LUP: 2015). Graeme Macdonald est actuellement co-chercheur au RSE Research Network, Connecting with a Low Carbon Scotland (2016-18).


 

Alessandra Ponte

Université de Montréal

Gouverner le climat

En 1778, Jean-Baptiste Moheau, auteur d’une recherche sur la population française, déclare: « Il dépend du gouvernement de changer la température de l’air, et d’améliorer le climat ; un cours donné aux eaux croupissantes, des forêts plantées ou brûlées, des montagnes détruites par le temps ou par la culture continuelle de leur superficie, forment un sol et un climat nouveau ». Michel Foucault cite le texte de Moheau dans l’allocution introductive de son cours Sécurité, territoire, population (1977-78) au Collège de France pour expliquer l’irruption du problème de l’insertion de la ‘naturalité’ de l’espèce humaine dans le milieu artificiel des relations politiques de pouvoir. Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, représentations cartographiques et projets utopiques reflètent la préoccupation nouvelle, identifiée par Foucault, d’administrer des milieux. Pour étudier ce changement dans la formation de l’état moderne, Foucault a développé le concept de gouvernementalité. La présentation reprend l’hypothèse de Foucault dans une tentative de redéfinir et de repositionner le débat actuel sur le changement climatique et sa gouvernance.

Biographie :
Alessandra Ponte
est professeur titulaire à l’École d’architecture de l’Université de Montréal. Elle a également enseigné à l’École d’architecture de l’Université de Princeton, à l’Université de Cornell, à l’Institut Pratt, à ETH de Zurich, ainsi qu’à l’Institut Universitaire d’Architecture de Venise. Elle a été professeur adjoint à l’École de design de l’environnement bâti et de l’ingénierie de l’Université de technologie de Queensland (Brisbane, Australie). Elle a enseigné des ateliers en collaboration avec l’AA School London et l’Université catholique de Santiago du Chili et des séminaires à l’Université du Costa Rica. Depuis 2008, elle est responsable de l’organisation et de la conception du Séminaire Phyllis Lambert, événement annuel sur les thèmes du paysage et de l’architecture. Elle a aussi été le commissaire de l’exposition Environnement Total: Montréal 1965-1975 (Centre Canadien d’Architecture, Montréal, août 2009). En outre, elle a collaboré (avec Laurent Stadler et Thomas Weaver) à la préparation de l’exposition et du catalogue God & Co : François Dallegret, Beyond the Bubble (Architectural Association School of Architecture, Londres, novembre-décembre 2011). Elle a récemment publié  une collection d’essais sur les paysages de l’Amérique du Nord intitulé, The House of Light and Entropy (London : AA Publications, 2014). Elle a collaboré aux projets pour le Pavillon canadien d’architecture de la Biennale de Venise en 2014, Arctic Adaptations, et en 2016, Extraction.  De 2013 à 2016, elle a été membre du groupe de recherche Future North dans le cadre d’un partenariat entre l’École de paysage et d’urbanisme AHO (Oslo) et l’Institut de Barents. Elle a récemment été invitée à collaborer à l’un des projets du « Bureau de l’urbanisation » (Graduate School of Design, Université de Harvard) intitulé Paysage comme l’urbanisme dans les Amériques.

 

 

Barbara Herrnstein Smith

Université Duke

Réalités contradictoires : Pratique du relativisme dans l’Anthropocène

Inutile d’avoir l’approbation de ce que les philosophes appellent « réalisme » pour être réaliste sur les changements climatiques. Mais ce qu’il faut, entre autres, c’est une reconnaissance continue à la fois de la multiplicité des réalités – expériences, perceptions, constructions et cosmologies – et de la possibilité de leur irréductible différence. Ainsi, en ce qui concerne les affrontements de convictions et le déni du réchauffement anthropogénique de la planète, nous ferions bien de reconnaître non seulement l’importance des intérêts matériels contradictoires mais aussi l’existence et la puissance toutes particulières des intérêts cognitifs. Les compréhensions constructivistes de la cognition humaine sont ici particulièrement utiles dans la mesure où elles offrent des perspectives conceptuellement sophistiquées et empiriquement fondées sur la formation et la stabilisation de ce que nous appelons (notre) « connaissance » ou (leurs) « croyances ».

Biographie :
Barbara Herrnstein Smith est professeure émérite Braxton Craven de littérature comparée et d’anglais à l’Université Duke. Parmi ses publications, on trouve : Contingencies of Value: Alternative Perspectives for Critical Theory (1988); Belief and Resistance: Dynamics of Contemporary Intellectual Controversy (1997); Scandalous Knowledge: Science, Truth and the Human (2005) et Natural Reflections: Human Cognition at the Nexus of Science and Religion (2010).

 

 

Nicole Starosielski

Université de New York

Vision thermique

Toute matière émet de la chaleur et est transformée par elle. Dans la vision thermique, ces échanges de chaleur sont convertis en images visuelles. À leur tour, les images thermiques sont enfermées dans de plus grands appareils de contrôle de la température prévus pour concevoir des types de mouvements particuliers à travers le monde. Cette présentation se concentrera sur les façons dont les régimes de surveillance thermique et de perception changent avec les technologies numériques et la popularisation de l’imagerie thermique.

Biographie :
Nicole Starosielski
est professeure adjointe au Département des Médias, Culture et Communication à l’Université de New York. Elle est l’auteure de The Undersea Network (Duke University Press, 2015), qui cartographie le développement des systèmes de câbles transocéaniques, du réseau télégraphique au XIXe siècle à l’infrastructure de fibre optique aujourd’hui. Elle est co-réadactrice de Signal Traffic: Critical Studies of Media Infrastructure (University of Illinois Press, 2015) et Sustainable Media: Critical Approaches to Media and Environment (Routledge, 2016).

 

 

Michelle Ty

Université Clemson

Les sujets fantômes du réalisme

Cette présentation considèrera deux versants du réalisme : celui-ci réfère, en philosophie, au rejet de l’identité proposée de la réalité et de l’esprit ; et dans l’art, à un mode de représentation qui affirme son lien mimétique avec le monde « tel qu’il est ». Mon enquête commencera par mettre en lumière un aspect curieux du réalisme philosophique moderne, à savoir qu’il n’établit comme « réel » que ce qui peut résister à mon absence (où le « moi » implicite au « mon » est un sujet d’expérience hypothétique et potentiellement universel). Je retracerai cette proposition audacieuse – imaginer la disparition du sujet afin de déduire ce qui est réel – à travers une gamme de médias et de genres : dans la réfutation de l’idéalisme de Bertrand Russell ; dans le traité de Virginia Woolf contre le réalisme mécaniste des écrivains édouardiens ; et dans le tableau d’Antonio López-Garcia, Lavabo y Espejo. Cette brève généalogie en place, je continuerai ma présentation en suggérant que la proposition audacieuse esthético-philosophique du sujet fantôme revient, mais cette fois nouvellement déployée, dans la rhétorique de l’Anthropocène, ainsi que dans les variations « spéculatives » plus récentes du réalisme philosophique. Ces recherches constituent d’abord un effort pour montrer comment les premiers discours esthétiques et philosophiques sur le réalisme étaient déjà des discours sur l’extinction humaine ; puis pour demander comment la primauté du sujet fantôme introduit des limitations qui doivent encore être reconnues, et déterminent comment les changements climatiques peuvent apparaître dans l’imagination politique.

Biographie :
Michelle Ty
est professeure adjointe d’anglais à l’Université de Clemson. Elle a reçu son doctorat en théorie critique et anglais de l’Université de Californie à Berkeley.


 

 

Kyle Powys Whyte

Université d’État du Michigan

Vers une indigénisation du temps, de la mémoire et de l’histoire du changement climatique

Les discours sur l’Anthropocène et les changements climatiques reflètent souvent des hypothèses sur le temps, la mémoire et l’histoire qui privilégient les derniers siècles d’expansion globale, coloniale, capitaliste et industrielle. Ces temporalités (le temps, la mémoire, l’histoire) suivent celles du colonialisme des États-Unis et du Canada qui effacent considérablement les conceptions propres des peuples autochtones sur le temps, la mémoire et l’histoire en Amérique du Nord. L’indigénisation des temporalités du changement climatique implique au moins deux mouvements. Tout d’abord, le problème actuel du changement climatique s’inscrit dans l’histoire plus vaste, cyclique, de l’adaptation des peuples autochtones aux changements environnementaux – qui ne sont que maintenant causés par le colonialisme nord-américain. Les savoirs autochtones font référence à des systèmes de connaissances explicitement développés grâce à des expériences d’adaptation aux changements environnementaux au cours des millénaires. Ensuite, en cette période de forte perturbation capitaliste, industrielle et coloniale, des formes très concentrées de domination ont engendré des écologies coloniales. Celles-ci nuisent directement aux peuples autochtones, par la pollution ou le déplacement géographique, par exemple, mais pavent aussi le chemin à l’expansion industrielle et capitaliste sur les territoires autochtones. Cette expansion est à la tête du problème anthropogénique actuel du changement climatique, dont les populations autochtones souffriront davantage que les autres car elles sont les premières à en subir les impacts négatifs. L’indigénisation du changement climatique montre comment l’élargissement de la perspective historique permet différentes interprétations de cette période coloniale perturbatrice et de son rapport au changement climatique anthropogénique actuel. Les temporalités du changement climatique des peuples autochtones ne succombent pas à certains débats – par exemple, se résigner ou non à la disparation de certaines espèces – et approchent la justice climatique de façon rigoureusement structurelle, compte tenu des expériences autochtones avec les structures de domination coloniale qui sont à la fois moteurs d’économies dépendantes au carbone et causes de vulnérabilité accrue. Les temporalités autochtones sont à la fois dystopiques et libératrices, donnant lieu à des possibilités qui ne sont généralement pas envisagées dans d’autres discours sur le changement climatique.

Biographie :
Kyle Powys Whyte occupe la chaire Timnick en sciences humaines à l’Université d’État du Michigan. Il est professeur agrégé de philosophie et de pérennité des communautés, membre du corps professoral de la concentration d’études supérieures en philosophie environnementale et éthique. Il est aussi affilié aux programmes d’études amérindiennes et de sciences et politiques de l’environnement. Ses premiers travaux de recherche portent sur des questions morales et politiques concernant la politique climatique et les peuples autochtones, ainsi que l’éthique des relations de coopération entre les peuples autochtones et les organisations de science climatique. Ces recherches se sont récemment élargies aux questions de souveraineté alimentaire et de justice. Il est membre inscrit de la Citizen Potawatomi Nation. Ses articles ont été publiés dans des revues telles que Climatic Change, Sustainability Science, Environmental Justice, Hypatia, Ecological Processes, Synthese, Human Ecology, Journal of Global Ethics, American Journal of Bioethics, Journal of Agricultural & Environmental Ethics, Ethics, Policy & Environment, et Ethics & the Environment. Le travail de Kyle a été financé par la Fondation U.S. National Science, le Bureau des Affaires indiennes, le US Fish and Wildlife Service, le Northeast Climate Science Center, le Great Lakes Integrated Sciences and Assessments Center, la Fondation Mellon, le Sustainable Michigan Endowed Program et la Fondation Spencer. Il siège au Comité consultatif sur les changements climatiques et la science des ressources naturelles du U.S. Department of Interior, et sur le conseil d’administration du National Indian Youth Council. Il est impliqué dans le Climate and Traditional Knowledges Workgroup, le Sustainable Development Institute du College of Menominee Nation, le Tribal Climate Camp, la Michigan Environmental Justice Coalition, Humanities for the Environment, et le Consortium for Socially Relevant Philosophy of/in Science. En 2015, il a reçu le Prix Bryan Bunyan pour l’excellence académique attribué par Detroiters Working for Environmental Justice.



Kathryn Yusoff

Université Queen Mary, Londres

Le réalisme géologique : Pensées sur l’époque et phase terminale du temps géologique

La géologie est composée d’un champ de marqueurs temporels qui localisent et sédimentent les récits du présent, dans lesquels les fossiles servent d’objets originels pour les histoires des espèces et les trajectoires de l’humain dans le temps et l’espace. Cependant, dans la dénomination récente de l’Anthropocène, la géologie apparaît sous un nouveau jour, comme une pratique orientée vers le futur (quoique possiblement négatif) qui invite à l’inquiétude pour façonner des mondes alternatifs et contrecarrer les modes de fossilisation. Quoique la question de l’influence de l’Anthropocène pose problème, et qu’il soit même possible que ce concept ne réussisse pas à nommer correctement l’époque, il marque un seuil : à savoir la disparition des conditions matérielles stables de l’Holocène qui ont fourni le contexte dans lequel la pensée occidentale s’est développée. L’Anthropocène est un nom qui ouvre une dimension spéculative aux figurations de la pensée globale et des relations matérielles. Dans cet espace spéculatif, le contexte même de la matière dans laquelle la pensée existe et prend forme est remis en question. Tandis que l’Anthropocène nous invite à regarder le sous-sol rocheux sous nos pieds, et que le changement climatique anthropogénique nous invite à regarder le ciel, l’un raconte la certitude de l’extinction, et l’autre offre un ciel sujet à mutation. Regardant dans les deux directions de l’axe du ciel et de la terre, on voit que quelque chose a changé dans la façon dont la pensée et la matérialité sont liées ; quelque chose est déjointé et matériellement délié, entre la roche et l’enclume, dans le temps géologique. La provocation de cette nouvelle époque pourrait bien être d’exiger un engagement dans le réalisme géologique, et une confrontation avec les dimensions catastrophiques de ses horizons. En regardant les perspectives de cet axe planétaire en recomposition, le long duquel la pensée doit maintenant se produire, cette présentation traitera de la façon dont l’esthétique pourrait être un moyen de naviguer à travers la danse complexe des catégories dans l’explication du sens-matière géologique.

Biographie :
Kathryn Yusoff est professeure de géographie humaine à l’Université Queen Mary de Londres. Ses recherches portent sur la géophilosophie, l’esthétique politique et l’Anthropocène. Elle est actuellement en train d’écrire un livre sur « la vie géologique ».